J177 : Alice Springs – Uluru – Alice Springs

Pour commencer Cecile m’a demandé de m’excuser pour la longueur de cet article… désolé… 🙂 mais cela a été une longue journée et donc beaucoup de choses à vous dire.

Aujourd’hui nous partons donc en excursion organisée. On n’aime pas trop ça mais là on n’avait pas le choix. Il y a environ 12 heures de route pour faire l’aller retour dans la journée…

Réveil à 5:15, ça pique un peu!

Le car est là avant 6:00, nous rencontrons un couple de français qui est dans le même hôtel et part avec nous faire l’excursion.

Le car passe prendre d’autres personnes dans différents hôtels de la ville.

Départ réel à 6:30 de Alice Springs pour le parc national d’Uluru.

Les premières heures sont assez longues pour être honnête car le paysage est quand même languissant. C’est du désert. Donc à gauche, à droite c’est le même paysage tout le long. Certains vous diront qu’au début du voyage il y avait des arbres et qu’ensuite il n’y avait que des arbustes…mouais y’avait pas grand-chose hein!

D’une manière générale nous avons essayé de vous mettre les informations surprenantes et intéressantes que nous avons pu apprendre aujourd’hui, donc excusez nous pour la liste à la Prévert… mais on pense que ça peut vous intéresser.

On commence par la topologie du lieu : on a fait 3 paysages différents dans le centre de l’Australie.

– Les dunes de sable avec des petits marsupiaux, rongeurs, serpents, et insectes uniquement.

– Les sortes d’oasis comme Alice springs avec des arbres assez grands, avec plus de serpents.

– Le désert avec des petits arbres, ce qui ressemble à des arbustes pour nous… et avec en plus des animaux plus gros du type chameaux, autruches, kangourous, dingos.

Il pleut 25cm / an donc 10x plus que dans un désert aride.

C’est pour ça qu’il y a de la vie, des petits arbres, des animaux par rapport à San Pedro de Atacama au Chili par exemple.

1er stop. On s’arrête vers 8:45 dans un bar station service supermarché, tout quoi, qui se trouve être au point le plus au centre de l’Australie pour le petit dej’. Des œufs brouillés, toasts, saucisses, hashbrown, bacon nous attendent! Un vrai petit dej’ anglais en plein désert.

C’est un lieu chargé d’histoire car c’était l’ancien lieu du télégraphe australien pour relier l’Australie du Sud à l’Angleterre. Ils ont créé ce poste pour gagner plusieurs semaines de transport de courrier. Le télégramme était ensuite envoyé en Asie du Sud-Est (Indonésie) pour être ensuite apporté par les marins à Londres. J’adore ces détails! 🙂

Pour vous donner une idée des distances donc c’est 900kms de route aller et retour! Sur une route quasiment toute droite! Vous savez quand vous regardez l’image chez l’ophtalmo pour la tension, c’est une route toute droite avec au fond une montgolfière je crois..eh bien c’est pareil!!

2ème stop. Première balade et visite de la journée : le Mount Conner, le « fake Uluru » (le faux Uluru). C’est un rocher qui apparaît comme immense mais une fois que nous avons vu le vrai on comprend mieux pourquoi les locaux le surnomment comme ça.

En se tournant à 180•, on voit un lac de sel, le contraste avec le sable de couleur rouge est très beau. C’est une vue complètement différente des lacs salés du Chili.

3ème stop. On change de chauffeur et c’est en fait un vrai guide qui prend le relais.

Nous nous arrêtons pour une petite balade pour voir Kata Tjuta (Olgas), ce sont en fait des collines naturelles mais composées uniquement d’amas de pierres. C’est très fragile, il est donc fortement déconseillé d’y grimper. C’est un nombre incalculable de pierres qui ont été cimentées par le temps, les pluies et les sédiments. Ce ne sont pas de gros rochers. C’est impressionnant de le voir, j’espère que les photos vous permettront de le voir.

Olgas : pourquoi un nom européen ? Car il y a eu des excursions européennes pour la nature, la faune et la flore.

Après la balade à Olgas, nous reprenons le car pour revenir sur Uluru.

On apprend vraiment beaucoup de choses. Voici d’abord quelques chiffres :

⁃ il y a 250 différents « pays » en Australie qui ont tous des cultures, religions, dialectes, etc… « pays » pour eux signifie territoires, ce sont en fait des régions culturelles. Certains de ces pays sont en plus composés de plusieurs tribus/peuples.

⁃ dans l’histoire de l’Australie 750 différents peuples et langues ont vécu et seulement 35 existent encore… no comment.

⁃ 3 activités principales existent dans le centre de l’Australie : vaches, tourisme et activités minières.

⁃ 2 types de déserts : Zone aride, il pleut moins de 250 mm/an et Zone semi-aride, qui permet aux quelques arbustes de pousser(+250 mm/an)

⁃ 75% de l’Australie est composée de déserts (aride et semi-aride (conclusion ce qu’on a fait jusqu’à maintenant correspond aux 25% du territoire…non hostile!)

– Le parc national d’Uluru est le seul parc national géré selon les règles des indigènes. La Tjukurpa est la loi aborigène du peuple Ananu. 8 sur 12 membres du conseil qui dirige le parc sont des locaux. Survivre est l’objectif de la Tjukurpa. La punition du non respect est la mort. Comprenez bien que dans un espace si hostile le non respect des règles qui régit la vie de la tribu entraînerait de toute façon souvent la mort de la personne voire de plusieurs membres de la tribu. C’est donc une protection nécessaire. Je vous rassure la punition de mort n’est plus appliquée de nos jours…

Alors un truc que j’ai beaucoup aimé… c’est d’apprendre que l’espace désertique dans lequel nous sommes a été créé il y a 600-700 millions d’années et que c’est par manque d’activité volcanique depuis 300 millions d’années que l’Australie est devenue un désert sur les trois quarts de son territoire. En effet, il n’y a pas de sédiment pour que la terre soit riche.

L’Australie est donc un TRÈS vieux pays qui date d’il y a des centaines voire milliers de millions d’années!!

Les îles autour étaient très actives en volcan donc la vie est là-bas (on l’a bien vu avec la Nouvelle-Zélande).

4ème stop. Ensuite nous visitons le Aboriginal culture Centre du parc national, pas très passionnant pour être honnête car le guide nous a en fait déjà tout raconté. Et comme d’habitude on a fait les bons élèves, on a bien écouté! 🙂 Par contre on a quand même beaucoup apprécié la traduction en français des explications sur certains détails. 🙂 Je reviendrai sur le sujet des Aborigènes et de leur culture dans le billet d’humeur! 🙂 c’est interessant et surprenant! Et je pense utile de le mettre en perspective de ce que nous avons ressenti de ce pays immense!

Louis en profite pour manger une glace! Promis demain on reprend le sport car nous avons encore grossi à vue d’œil 😜.

Pas de photo de l’intérieur de ce lieu. Je vous expliquerai pourquoi quand je vous parlerai de la culture aborigène dans le petit billet d’humeur. 🙂

Petite anecdote, les routes que nous empruntons sont des routes qui passent par le centre de l’Australie et qui du coup sont bien plus rapides si on veut traverser le pays que de suivre la côte. La route est appelée le « plus long raccourci d’Australie ». Plus de 1700kms … 🙂 et il faut être autonome pour plusieurs jours si vous voulez l’emprunter en toute sécurité car les stations services existent mais ne sont pas toujours ravitaillées…

Quant aux arbres, surprenants! C’est le moins que l’on puisse dire. Ils peuvent avoir plusieurs centaines d’années voire un millier d’années alors que chez nous au regard de leurs tailles on ne leur donnerait pas plus de 10 ou 20 ans. Ils ont des racines très profondes pour aller chercher l’eau. Ils ont un tronc noirci.

En parlant de tronc noirci, parlons des feux des bushs. Les fameux qui en ce moment font la une des JT a travers le monde. Pour vous donner une idée dans cette région chaque végétal connaîtra au moins 1 feu tous les 35 an. Mais alors comment un arbre peut avoir presque mille ans? Parce que ce ne sont que des petits feux et les arbres ne brûlent que très rarement entièrement. D’ailleurs, pour éviter les catastrophes comme on peut le voir en ce moment dans les régions côtières, les aborigènes brûlent volontairement les terres qui n’ont pas brûlé depuis longtemps, cela permet d’enrichir un peu la terre et d’éviter de gros feux qui ravageraient tout. Les « blancs » ont mis longtemps à comprendre pourquoi ils faisaient ça et cela a d’ailleurs été un motif de tensions importantes au début. Maintenant il y a des polémiques car les autorités se font reprocher de ne pas suivre les conseils des aborigènes.

Dans la région il y a quelques animaux par exemple, des autruches, des petits rongeurs, des reptiles… et évidement des kangourous. Le plus gros kangourou est le kangourou rouge. Et ben, il peut aller à plus de 60 km heures et chaque bon il fait 12 m. Pas mal non?

On compte 15 espèces de serpents ici dont deux des plus venimeuses au monde… glagla 🙂

On arrive à Uluru vers midi, on nous distribue un sandwich dans le car…oui on est pressés!

5ème stop. Le fameux Uluru. Petite anecdote rigolote, ce mot ne veut rien dire, c’est juste apparemment un son. Cela se prononce « oulourou »…ça devait leur plaire 😂. Assez rare pour être souligné. 🙂

Uluru ce n’est que quelques énormes pierres cimentées ensemble contrairement à Olgas…euh vu de loin ça ne paraît pas évident mais plus on s’approche plus cela est visible. On ne voit pas la multitude de petites pierres comme sur Olgas.

C’est considéré comme un iceberg ! Seulement 10% est visible le reste plus de10kms est souterrain.

Il faut attendre 1995 pour que le gouvernement redonne leur terre aux aborigènes. Ils ont ensuite loué leurs terres pour 99 ans au gouvernement australien afin qu’ils les entretiennent correctement et qu’ils ouvrent un parc national. En fait pour être précis, le gouvernement l’avait déjà redonné au début du siècle mais il l’avait repris quand le tourisme et donc l’argent a commencé à être important. Mais sous la pression populaire le gouvernement a fait machine arrière!

Dans les temps ancestraux, il était interdit d’escalader ces rochers mais cela était toléré malheureusement par le gouvernement quand il possédait ces terres. Ensuite lorsqu’en 1995 le territoire a été redonné aux Aborigènes le gouvernement avait expressément exigé des aborigènes qu’ils autorisent l’escalade. c’était dans les termes du contrat… mais c’était un drame pour les aborigènes. De nos jours et sous la pression, cela est maintenant à nouveau interdit!! On peut voir la trace blanche qui a été formée par les gens qui ont escaladé. Les locaux appellent cela la cicatrice… c’est le trait blanc que l’on voit sur la droite du rocher et qui monte jusqu’en haut.

Il y a eu beaucoup de morts car des gens bien pensant tentent d’escalader et tombent! Le problème est que selon la loi des indigènes, on doit mourir là où on naît donc ils essaient de contacter les familles des morts et de leur ramener le corps. Pas simple tout ça…

C’est cette croyance qui explique que les Aborigènes ne bougent que très peu dans leurs vies car pour rejoindre leurs ancêtres ils doivent mourir où ils sont nés. Cela fait partie de leurs lois.

6ème stop et 7ème stop. On fait ensuite deux arrêts dans des sortes de grotte. Ils appellent ça comme ça mais ce sont juste des avancées de rochers comme des paravents sous lesquels les aborigènes ont dessiné de l’eau, des vers, des serpents. Chaque dessin correspond bien sûr à une histoire et notamment des cartes pour transmettre le savoir de l’eau. Ces grottes servaient souvent à des rituels notamment pour le passage des jeunes filles au statut de femmes. Sujet très difficile à comprendre pour nous car cela se passait à peine à une dizaine d’années pour les jeunes filles. Et après elles devenaient des femmes… difficilement acceptable pour nous et notre société. C’est un sujet que je ne souhaite pas développer, certains propos étaient assez choquants et cela m’a rappelé des discussions avec notre guide en Égypte…(vraiment fait qu’on arrête les guides 😂)

On voit aussi un lieu très important pour les locaux, le Mutitjulu! C’est un lieu dans lequel vous trouvez de l’eau sous-terraine toute l’année. Il suffisait pour les Aborigènes de creuser le sable à moins de 5 mètres pour trouver de l’eau qui s’accumulait suite aux pluies qui s’écoulaient de rocher.

Le guide nous apprend des anecdotes et légendes qui ont forgé la culture aborigène locale.

8ème et dernier arrêt. Ouf!! Un barbecue devant Uluru pour admirer le coucher de soleil.

On y passe un bon moment et les couleurs sont vraiment jolies. J’ai fait mon petit chinois comme dit Cécile et je prends plein de photos!!!

Dernier chiffre impressionnant, environ 400 000 personnes par an visitent ce site qui est culturellement parlant vraiment important pour eux, vous l’aurez compris.

C’est l’heure du départ. Sur la route de retour nous nous reposons mais par chance nous voyons plein de kangourous! Cela ne rend pas en photos mais ils étaient bien là!! On comprend vraiment mieux le pare-buffle à l’avant du car…Conclusion ne conduisez pas de nuit mais faites vous conduire de nuit si vous voulez voir les kangourous!!! Même les locaux évitent de conduire la nuit en voiture.

La nuit, la route appartient aux cars et gros camions, des road trains. Impressionnant! Un petit exemple.

Au fait, petit point météo!

A 5:30, il faisait déjà jour et 15•C.

A 9:15, il faisait déjà 26•C.

Le max a été de 38•C et je peux vous assurer qu’en plein soleil ça tape severe🥵. Impossible selon notre guide dans ces mois d’été de faire le tour du rocher Uluru (env 10kms) sans assurance et ravitaillement car on perdrait trop d’eau en marchant sur nous ne sommes capables d’en porter. Pas de mal à le croire. Nous avons bu à tous les trois l’équivalent de plus de 10litres d’eau dans la journée alors que nous avions un car climatisé tout confort et que nous n’avons marché que 7kms en tout… et notamment a des heures plus « fraîches »…

Et petit truc rigolo, il y a énormément de mouches!!! Mais vraiment beaucoup beaucoup. Du coup on a acheté des filets anti-mouches. Après le selfie bédouin au Chili, le selfi flyesNet. 🙂 spéciale dédicace pour Valeria.

Retour à 00:30, on est en super forme!

Douche obligatoire et dodo!

A tout’

3 commentaires sur “J177 : Alice Springs – Uluru – Alice Springs

  1. Coucou à Tous les Trois
    Pas de raison de s’excuser pour la longueur de l’article: il est super intéressant! On devine qu’au delà de ces extraordinaires paysages il y a la question de ces peuples aborigènes souvent spoliés de leurs territoires. J’avais lu un article en mars, je crois, qui justement faisait part d’une victoire historique de quelques « peuples » auxquels on avait reconnu une spoliation de leurs droits et leur restitution. Mais ce n’est qu’un épisode et tout n’est pas gagné.
    Bref, pour revenir à vous, j’espère que vous allez « digérer » tous ces kms et vous poser un peu dans votre prochaine étape! Certes, Loulou a bien dû se régaler avec la visite dans le zoo!
    Gros gros bisous à vous et mon petit spécial pour Loulou!
    Maman Mamie

    J'aime

    • Coucou Mum,
      Oui c’est évidemment le sujet de l’Australie en ce moment! Je travaille dessus pour le billet d’humeur. 😉
      Les journées dans le désert sont un peu dures à encaisser mais on profite! Paysages exceptionnels voire irréels.
      Louis cherche les kangourous et les wallabies! Donc tout va bien!
      Gros bisous de nous 3!

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :