Petit billet d’humeur sur l’Argentine suite et fin et sur le Chili (un peu)

Bon j’innove dans ce billet, je vais finir quelques petites anecdotes sur l’Argentine et parler également du Chili. L’autre pays d’Amérique du Sud dans lequel nous passons beaucoup de temps. La mise en perspective est je pense intéressante.

Pour finir sur l’Argentine.

Les bidets dans chacune des salles de bain que nous avons utilisées. Cela ressemble à une institution. Vous aurez bien compris c’est pour compléter mon sujet fil rouge du T1. Les WC! 🙂

Sinon rien d’autre pour les WC, du classique! 🙂

On a retrouvé les pneus cloutés en Patagonie (Trelew et Ushuaïa évidemment) comme à Saint Petersbourg. Ça donne toujours une bonne idée du temps qu’ils ont une bonne partie de l’année! Nous sommes au printemps mais c’est vraiment le début ; à Trelew il n’y avait pas du tout de neige mais à Ushuaïa on a même eu droit à une petite tempête de neige si vous vous rappelez.

Bon, l’ambiance en Argentine est complètement plombée par la crise. L’accueil des gens est bon mais ils ne sont pas très avenants. On voit que le climat général est lourd.

Il nous faudra revenir à Buenos Aires dans d’autres conditions et surtout lorsque, nous l’espérons, la situation se sera améliorée pour eux. Ils ont quand même déclaré l’état d’urgence alimentaire pendant notre séjour…

J’écris ce petit billet du Chili, et cela confirme notre ressenti.

L’Argentine et le Chili, pour tous ceux qui pensent que les politiques menées par nos dirigeants n’ont pas d’importance!

Après quelques recherches, on comprend mieux le ressenti que l’on a et notamment la comparaison entre ces deux pays d’Amérique du Sud, l’Argentine et le Chili. Le Chili partait de bien plus loin il y a 30 ans, à la sortie de la dictature de Pinochet. Mais depuis ils ont fait les bons choix et leur économie est en pleine croissance, plus forte que celle des voisins. Ils ont presque atteint le PIB par habitant de l’Argentine alors qu’il était bien plus bas il y a 20 ans à peine. L’amélioration est due à des choix d’ouverture très fort du Chili.

Le Mercosur et les marchés intérieurs de l’Amérique du Sud.

L’Argentine est intégrée au Mercosur, le marché de pays majeurs d’Amérique du Sud, le Brésil, l’Argentine, l’Uruguay, le Paraguay et le Venezuela. Ces pays sont donc beaucoup orientés et liés les uns aux autres. C’est un marché dont les avantages pour ces pays membres ne sont pas toujours évidents, surtout qu’à en lire les critiques récurrentes, il semble que le pays qui a vraiment beaucoup gagné de cette union est l’immense Brésil! Le Chili n’a donc jamais intégré le Mercosur même si c’est un pays associé, c’est à dire avec lequel ils ont des liens particuliers. Pendant ces dernières décennies, le Chili est allé encore plus loin, il est allé chercher des liens particuliers directs avec des pays ou marchés internationaux majeurs pour n’en citer que deux : les USA et l’Union européenne, alors même que ce pays n’a pas de frontière directement exposée vers l’Union européenne. Cela démontre la réelle orientation et volonté politique d’ouverture du pays. C’est un pays qui œuvre beaucoup pour une ouverture vers les pays asiatiques qui pour le coup se trouvent de l’autre côté du Pacifique et cela lui ouvre de réelles perspectives économiques!

Les choix économiques intérieurs ont également été très forts.

En Argentine, le pays s’est fermé pour s’ouvrir complètement et violemment aux marchés internationaux. Notamment pour sa devise, cela rend le pays beaucoup plus sensible aux crises mondiales et le rend beaucoup plus exposé à ses propres crises envers des financiers étrangers.

Voici un exemple concret de l’évolution de l’économie de ces deux pays qui donne une indication sur leur évolution respective.

La part de l’agriculture et des matières premières augmentent en proportion dans le PIB Argentin alors qu’ils réduisent significativement dans le PIB chilien au profit de nouvelles activités industrielles. Ce qui démontre que le pays se développe et améliore ses infrastructures! C’est souvent un bon indicateur de l’évolution économique d’un pays.

La gestion politique est très différente.

En Argentine, les régions ont un pouvoir très fort et le pouvoir central se doit de contenter tout le monde et de faire en sorte que les gouverneurs acceptent et valident ses choix. Alors que le modèle chilien est beaucoup plus centralisé. C’est Santiago qui décide et qui diffuse ses décisions dans tout le pays. Un peu plus proche de la France donc. C’est un thème récurrent de la politique française, n’y voyez pas une critique de notre modèle, je ne suis ni pro ni un anti Colbert ! 😉 c’est un constat à ce stade fait entre deux pays. Peut être que le système centralisé permet une évolution plus stable pour les pays en développement et que la régionalisation permet d’affiner une situation économique déjà satisfaisante. Sujet à travailler ! 🙂

Bonne réflexion de Cécile, la taille de la population aide peut être à ce que ce pays soit plus facile à administrer en comparaison avec l’Argentine.

Bonne lecture.

A tout’

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :