J118 : Iguaçu – Trelew

Aujourd’hui est une journée de voyage, avec passage de frontière et escale pour notre vol. Donc autant vous dire que l’on a pas fait grand chose d’autre… nous en avons profité pour tous travailler. Départ le matin de l’hôtel pour traverser la frontière et aller prendre l’avion côté argentin.

Louis travaille, un peu dur aujourd’hui… mais il se rattrapera bien à l’aéroport alors que les conditions n’étaient clairement pas optimales…

Pour ma part, je me suis réveillé à 5h30 donc j’ai pas mal avancé sur mes sujets (blog, photos, mails pour le boulot) aussi le temps que nous allions prendre le petit dej.

C’est donc aujourd’hui que prend fin notre parenthèse brésilienne si rapide mais nous sommes très heureux d’avoir été hébergés côté brésilien, c’est vraiment un peuple vivant et on y mange super bien!! Iguaçu est une ville touristique et riche donc pas de problème d’insécurité comme dans les grandes villes du Brésil et tout y est facile. C’est très sympa! (Attention Amérique du Sud oblige, faites attention quand même, n’oubliez pas!). Dans notre rue, il y a avait de très bons restaurants avec de la musique en live, le McDo et Pizza Hut que nous n’avons pas essayés je précise :), et donc de bons restaurants japonais et de viande. Ça vous savez que nous les avons testés et que nous en avons même abusés !!! Trop bon! Clairement cela nous a donné envie de revenir au Brésil donc pas dans ce tour du monde mais il faudra bien encore profiter de nos vacances! 😉 et Louis a adoré la jungle donc la Guyane pourquoi pas! 🙂 Quant a Cécile, elle a surtout adoré que louis adore… (hein ma chérie, les bébêtes c’est pas génial! Quand nous avons vu le caïman avec Loulou on était trop contents, Cécile nous a pris pour des fous. 😜 encore une photo pour se faire plaisir.)

Au fait on ne vous l’avait pas dit mais nous avons eu la chance de rencontrer un chauffeur au top, Javier. Il nous a amené le premier jour à notre hotel, plus d’une heure de route et en plus passage de frontière donc un chauffeur qui sait bien conduire et assez débrouillard, ça fait la différence. Le deuxième jour nous avons pris un taxi côté brésilien… et bien comment dire que ce n’était pas si bien. Donc hier nous l’avons rappelé et aujourd’hui c’est aussi lui qui nous a amené à l’aéroport. C’est rassurant un bon conducteur, la route et bonne mais pas excellente et il y en a quand même pour 1 heure à chaque fois… donc si vous passez dans le coin, n’hésitez pas à nous demander son numéro. Il est argentin donc parle espagnol et surtout il accepte toutes les devises que vous pourriez avoir. Pesos, reals, euros et bien sur USD.

Donc départ pour l’aéroport, on mange là-bas.

Petit détail pour tous les passages de frontière en voiture entre le Brésil et l’Argentine. Elle est plutôt bien organisée, très pro côté argentin car vous restez dans la voiture et ne sortez même pas. Tampons obligatoires à l’ entrée et à la sortie à chaque passage. Bon par contre côté brésilien il faut s’arrêter et aller dans une pièce à pied pour se faire tamponner le passeport.

Autant dire que beaucoup de gens en font l’économie, car il n’y as pas de contrôle systématique. Normalement vous devriez faire un arrêt aux deux à chaque fois. Le taxi ne nous a pas arrêté côté brésilien pour la journée de visite des chutes côté argentin mais bien à l’aller du premier jour (entrée) et retour du denier jour (sortie). Ça le fait! Si vous prenez un taxi ou un véhicule professionnel collectif ou individuel vous avez des coupes files sinon la frontière peut vite devenir un problème logistique à gérer, plusieurs heures.

Petit bulletin météo, le premier jour de visite il faisait grand soleil et plus de 42•C à l’ombre, 35% d’humidité. Hier, plus de 32•C à l’ombre et 70% d’humidité. Et aujourd’hui à Iguazú nous n’avons pas dépassé les 23• C avec 90% d’humidité …! Difficile de s’organiser mais bon même en France on connaît ces grosses variations… sur les chaleurs, là on se prend en plus les variations d’humidité…

On prend l’avion sans retard cette fois. Nous devons faire une escale à Buenos Aires. Alors pas de retard mais deux choses à signaler :

la première est que les contrôles de bagages à l’entrée des aéroports argentins, en tous cas pour des vols nationaux sont une grosse blague… vous ne sortez rien de votre sac, aucun liquide, aucun équipement électronique… absolument rien. Nous avons quand même pas mal baladés depuis le début et c’est le premier pays dans lequel les contrôles sont aussi légers en fait inexistants…!

La deuxième est une anecdote plus rigolote, quoiqu’énervante sur le moment. Vous savez que nous ne voyageons comme pour le T1 qu’avec une valise cabine par personne et un sac à dos. Pour le T1, ça avait été nickel, pour le t2 c’est plus embêtant parce qu’en plus de limiter en taille les valises cabines ils font vraiment attention aux poids… et particulièrement chez Aerolinas Argentina. Donc cela ne nous arrange pas. En gros nous sommes partis avec chacun 15 kg de bagages et il est autorisé en cabine 8kg + 3 kg. Donc faites le compte, ça ne passe pas…. donc on devrait mettre en soute. Le problème est que nous n’avions pas vraiment confiance sur notre connexion du jour car pas assez de temps à l’escale et ensuite nous ne restons pas dans notre ville d’arrivée, demain nous repartons en voiture de location. Donc on s’organise pour essayer de passer, et là on se fait attraper par l’hôtesse qui gère l’embarquement mais ce qu’elle nous dit nous laisse perplexe.

Je vous laisse traduire « you have to split »… alors problème de maths sympa pour les plus intellectuels. Comment faire pour que 15kg de bagages soit partagés pour qu’une valise fasse 8kg et le bagage à main 3kg…. pas mal non?

Et bien on a réussi, en fait on a tout pris dans les bras et du coup on avait bien des valises inférieurs à 8kg mais des sacs qui étaient autour des 5kg… et le reste aux bras… (chaussures de marche pendues aux sacs). Une grosse blague, ca a marché mais c’est énervant sur le moment….

Louis nous étonne de plus en plus car il arrive à se concentrer vraiment beaucoup mieux qu’avant. C’est un garçon et il nous prouve tous les jours que le sexe faible (en motivation) n’est clairement pas celui que l’on croit… mais quand il est de bonne, il est capable de nous faire des phrases bien structurées, un bonheur. Nous avançons bien avec lui sur le programme de l’école.

Arrivés à Trelew, où nous passons juste une nuit dans cette ville avant d’aller à Puerto Madryn, nous sommes saisis par le contraste avec notre ville de départ ce matin. Nous avons quitté la forêt tropicale et sa chaleur pour arriver dans un endroit presque lunaire. Il fait moins de 10•C nous avons perdu 30•C en 24h. Ça c’est du voyage! 🙂 Finie la forêt luxuriante qui fait place à des plaines sans aucun arbre mais humides. Beaucoup de lacs et de points d’eau. Demain on prendra des photos. On est déjà en Patagonie.

Cécile me dit de bien vous préciser qu’on se gèle vraiment! 🙂 La différence pique un peu c’est vrai. 🙂 On a sorti les doudounes!

A tout’

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :